- L’heure de gloire de Stéphane Guivarc’h... -

Lisez la rubrique sur Stéphane Guivarc’h

Guivarc’h rejoint tant bien que mal le Stade Brestois en 1ère division... Et le verdict sera rapide et sans appel : le club bretonneux fera très vite faillite, ne pouvant plus répondre aux exigences salariales de leur attaquant (axial) de luxe.

Stéph’ fait son baluchon, prend sa mobylette et part sur les routes. Il arrive en décembre 1991 à l’En Avant Guingamp, le club phare breton, et explose les stats : le jeune homme marque 14 buts durant la saison 92-93, dans le championnat de deuxième division. Au tableau d’honneur : 3 de la tête, 3 du droit, 6 du gauche et 2 contre leur camp de Pascal Pierre et Jacky Bonnevay... mais accordés quand même à Steph’ pour services rendus à la patrie.
Malgré la fantastique saison de son attaquant, l’EAG descend en N 1. Tant pis, la machine à marquer est lancée !

Son entente avec Lionel Rouxel (ils habitent le même immeuble et partagent la même passion pour la crêpe suzette) est tellement parfaite que Guingamp retrouve la D 2 l’année suivante. Au total, les deux compères claquent 49 buts durant la saison 93-94 : 21 pour Lionel et 28 pour Stéphane ; dont 19 boulets de canon non homologués F.I.F.A. ...
Guivarc’h est alors contacté par les 3 clubs les plus prestigieux de l’hexagone : Rennes, Martigues et Cannes... Que du lourd !

Il reste finalement en D 2, au stade du Roudourou, sous la pression des ses dirigeants (dont l’inimitable Noël Le Graët, seul clown chauve de France) et intègre, en plein gloire, l’Equipe de France des joueurs de deuxième division en 1994.

Pour grandir davantage encore, Stephane Guivarc’h choisit à l’été 95 de rejoindre le grand frère de l’EAG : l’AJ Auxerre, où règne en maître un certain Guy Roux. Prêté la première saison à Rennes, où il s’éclate comme un petit fou dans sa belle région, il débute ensuite véritablement en Bourgogne.

Au côté du diablotin Bernard « Thierry » Diomède, Guivarc’h et les siens font le doublé coupe/championnat en 1996. Toujours aussi généreux, l’attaquant breton perd dans le même temps la bagatelle de 67 ballons Uhlsport, suite à des tirs de destruction massive.

Stephane Guivarc’h est, durant ces années, au sommet de son art et surfe sur le toit de l’Europe au classement des plus gros buteurs continentaux (il finit deux fois pichichi du championnat de France avec Rennes et Auxerre).



S'inscrire au Fan Club

(C)opyright 1999-2005 - Stars Oubliées.com®