Vous êtes ici :
> Stars Oubliées > Stars > Les Sportifs > Gérard d’Aboville
Bien joué.

- Gérard d’Aboville -


Une vie à coup de rames...

par Max


Quelques mots...

-  1952 : Alain Bompard se fait naufrage volontaire en plein Atlantique et reste 113 jours sans assistance à boire de l’eau de mer et du jus de poissons.

-  10 juillet 1980 : Gérard d’Aboville prend son aviron et part traverser l’Atlantique à la fraiche, en solo...
Il rentre chez lui apres 71 jours à la rame, 2800 miles au compteur et 8 kilos de moins, embrasse sa femme et dit aux voisins : "S’il y a une chose dont je suis sûr, c’est que jamais je ne repartirai dans une telle galère !"

-  11 juillet 1991 : notre GéGé national se dédie et remet ça. Cette fois il embarque pour une croisière "à l’ancienne" face au Pacifique (qui soit-dit-en passant ne l’est pas tant que ça...) à Choshi, au Japon, avec toujours un même but : ramer !

Et pour ramer, il va ramer le Gégé... Son mini-catamaran de fabrication perso lui garantit un confort dont les passagers du Pacific Princess (La Croisiere s’amuse - FR3) n’auraient même pas osé rêver : 1.60 mètres de largeur pour entasser couchette et siège en caoutchouc, 8 mètres de longueur tel une une monoplace amphibie, des cloisons étanches pour un bonheur de tous les instants et un systeme de ballasts afin de retourner le bateau quand une déferlante de quelques dizaines de mètres s’invite au voyage...
Bref, le valeureux marin va connaître gratos et en trois dimensions ce que les amateurs des salles de sport ne peuvent qu’imaginer lorsqu’ils suent sur leur rameur hydraulique... Veinard va !
Dans son bolide, Gerard explique qu’il se sent comme un poilu dans une tranchée, guettant la prochaine rafale et devinant à l’oreille la direction le calibre et la trajectoire de celle-ci.
Comme un poilu d’ailleurs, il va connaître quelques revers et même rencontrer les cousins de la grosse "Bertha" : 34 chavirages, quelques tonneaux et deux ou trois parties de jambes en l’air avec des camarades mammifères marins de plusieurs tonnes sont à inscrire sur sa feuille de route...

Gerard d’Aboville n’en n’a cure et rame jusqu’aux côtes américaines où l’Amiral Olivier de Kersauzon l’attend, le 21 novembre.
A son arrivée le premier dira au second qu’il n’a pas "vaincu le Pacifique, il m’a laissé passé". Sacré farceur !





- Le plus grand grenier du web -

Envoyez nous vos articles !!


Aujourd'hui...

Aujourd’hui le "Flibustier à la rame" semble mener rondement sa barque : après avoir pris la direction de la Fondation du Patrimoine, l’homme aux mains palmées a créé une Fondation du Patrimoine Maritime destinée à protéger le littoral.
Il est aussi Président du Conseil Supérieur de la Navigation, régulierement consulté par le Ministère des affaires maritîmes, et soutient activement de multiples projets comme la candidature de Marseille à l’organisation de l’America’s Cup ou les collectifs citoyens anti-marées noires.
Depuis 2001 pourtant, Gérard d’Aboville est revenu à ses premiers amours : l’homme seul face aux forces de la nature.
En effet après une traversée du Pôle Nord sur un petit avion monomoteur sans l’aide d’instruments électroniques, l’incorrigible "lonely boy" s’est présenté aux législatives en candidat indépendant dans la Deuxieme circonscription du Morbihan.
Battu cette fois-ci dans les urnes, qui sait où le mènera ce premier naufrage ?



Vous cherchez des nouvelles plus récentes de Gérard d’Aboville ?
visitez QueSontIlsDevenus.net




Quelques sites pour en savoir plus...

Envoyez nous les adresses de sites que vous connaîssez !!

S'inscrire au Fan Club

(C)opyright 1999-2005 - Stars Oubliées.com®