- "Ici au siège de SO.com...", interview de Pierre Fulla -

Pierre Fulla arrive sur sa moto toute neuve. Il est beau, il sent bon le café chaud. Nous attendons ses premiers mots, prêts à exploser de rire dès que l’on entendra le son de sa voix. Cela fait une semaine que l’on rêve d’une seule chose : qu’il nous salue en disant, "eh bien ici à Nagano...Bonjour.".
Mais non, il ne le fait pas.
Il faut dire, on n’est pas à Nagano. On n’a pas de skis. On est en plein Paris et Pierre Fulla a froid. Donc on rentre se mettre au chaud dans la salle de réception de Stars-Oubliées.com et Pierre nous montre alors qu’il porte le tshirt Stars-Oubliées.com, comme tous les jours de grand froid, "pour se réchauffer le coeur".

Stars-Oubliées.com - Pierre, c’est un grand honneur pour nous de te recevoir dans nos locaux. Aurais-tu quelque chose à déclarer en préambule à cette interview ?

Pierre Fulla - Je ne regrette rien. Ce fut une folle aventure, même si on m’a mis à toutes les sauces.

SO.com - Qu’et-ce que tu veux dire par là ?

PF - J’ai été invité de partout. Dans les émissions de télé, comme dans les discothèques. J’ai même été très sollicité par les grandes surfaces.

SO.com - Pour vendre des produits surgelés ?

PF - Entre autres. Mais de toutes façons, j’étais journaliste sous-contrat et je ne pouvais donc pas faire ce que je voulais.


SO.com - Es-tu encore une star, pour le grand public ?

PF - Lors d’un récent championnat d’escrime, j’ai interviewé Gérard Depardieu, qui était le parrain de l’événement. Quand je me suis approché, je me suis présenté et il m’a répondu : "Alors, il pleut toujours à Nagano ?". J’étais scié.

SO.com - Et, ce jour là, il faisait quel temps à Nagano ?

PF - Je ne sais pas.

SO.com - Ah ben voilà. c’est malin.
Mais comment t’est venue l’idée de faire un disque à partir de cette magnifique phrase : "Ici à Nagano ?"

PF - C’est Didier Barbelivien qui m’a appelé pour me dire que ses enfants adoraient mes interventions aux Guignols.

SO.com - Didier Barbelivien ? Celui avec la guitare et les fleurs ?

PF - Euh... ça c’est Edouardo, non ?

So.com - Non, Edouardo n’a pas la guitare.

PF - Ah ben oui, ok. Mais Didier, il a un frère : Thierry. Et c’est ce même frère qui a fait les paroles de la chanson.

SO.com - Parce qu’il y avait vraiment des paroles ?

PF - Oui, c’était futé. Je disais : "Adieu Candeloro, Bonjour Ronaldo". Ca permettait une transiton avec la coupe du monde de foot.

SO.com - Futé. C’est du marketing poussé, ça.

PF - Oui, mais France 2 ne m’a quand même pas sélectionné finalement pour le foot. Ils ont même été encore plus agacés quand ils ont entendu le CD.

SO.com - Et, le 2 titres s’est-il bien vendu ?

PF - Non. Il n’y a eu aucune promo. Même à Stade 2 où j’intervenais toutes les semaines. Par contre, j’ai été en tête de gondole à Virgin.

SO.com - Là encore, c’est du marketing poussé.

PF - Oui, mais je n’en ai pas tiré un bénéfice énorme.


SO.com - Quels souvenirs de cette période ?

PF - C’est quelque chose qui sort de ma carrière, complètement en dehors. Je suis passé de la notoriété à la popularité. Tout le monde me remarquait et me faisait des blagues, même au restaurant.

So.com - En as-tu profité avec les filles ?

PF - Non, pas particulièrement. Mais lors de la fête de la musique de Périgueux, j’ai vu plus de 5000 jeunes danser sur mon titre. C’était émouvant. Il devait bien y avoir des filles.

So.com - Et aujourd’hui, reste-t-il quelques traces ?

PF - Cinq ans après, les gens reconnaissent encore ma voix. C’est étonnant.

So.com - Quelque part, n’es-tu pas un peu déçu de n’être reconnu que pour ta voix dans les Guignols alors que tu as fait 30 ans d’antenne et des années de performances sportives ?

PF - Non car je n’ai pas été humilié. Au contraire, j’ai été bonifié, ce qui est plutôt bien en fin de carrière. Aucun trait n’était forcé ou grossi, c’était juste ma voix dont on a fait un cliché. Canal+ m’a offert ce que France2 n’a jamais su m’apporter.



S'inscrire au Fan Club

(C)opyright 1999-2005 - Stars Oubliées.com®