- Pour Hervé : Capri, c’est vraiment fini... -

Voir la rubrique complète sur Hervé Vilard

Nous sommes au milieu des années 80, le petit Vilard est victime de blockbusters tels que « Thriller » ou « Jolie Poupée ». Sa mèche n’est plus celle de Tintin le troubadour sans frontières, c’est celle de Gavroche le chanteur orphelin qui meurt au combat.
« J’aime les deux de toute façon, ils sont de la génération que j’aime » déclare-t-il pourtant, dans un style toujours aussi sibyllin.
Hervé comprend qu’il a vieilli, que les midinettes aussi. Il sait qu’il faut surfer sur un autre créneau, celui de la génération où tout était permis : les « tontons barroudeurs » qui ont des trucs à raconter et des histoires à chanter... Hervé fait son Antoine et balance « C’est vrai que c’est un tournant, au sens qu’on peut donner aux virages que prennent les pilotes de formule 1 sur leurs circuits en rase-barrières. J’ai toujours voulu virer au plus serré. Je suis I’homme des pirouettes sérieuses. Même si on a du mal à me coincer dans une vraie galère, j’encaisse les événements, bien ou mal. Et un jour ça ressort »...
Incompréhensible.
Hervé casse son moteur. Arrêt au stand de l’oubli.

Le chanteur officiel des Adieux (’plus de 40 % de ses titres reprennent l’histoire d’un départ, d’une séparation ou d’un au revoir) n’a plus d’actu et sort péniblement un album au début des années 90. On le voit en gala dans les festivals, puis dans les salles des fêtes, même sur des foires. Le phénomène s’éteint de lui-même.
En 1991, il fait dresser un buste en l’honneur de son curé chéri dans le presbytère de son adolescence.
Le Club des Amis d’Hervé Vilard est présent et profite de l’occasion pour allumer des bougies. Rien n’y fait. Doit-on créer une poupée vaudou de Toto Cotugno ou sacrifier un chat de gouttière, animal préféré d’Hervé ? Les questions fusent et se perdent dans la nature.

2004 : le Panthéon des stars francophones retrouve Hervé, sur une compilation à la gloire des Yé-Yé. La boucle est bouclée. Hervé entre au Panthéon. « Trompettes de la renommée, vous êtes bien mal embouchées » disait Brassens.



S'inscrire au Fan Club

(C)opyright 1999-2005 - Stars Oubliées.com®