Vous êtes ici :
> Stars Oubliées > Stars > Les Chanteurs > Annie Cordy
Bien joué.

- Annie Cordy -


Qu’est-ce que t’as sous ton grand chapeau ?

par Prisca


Quelques mots...

Parmi les artistes belges connus en France, Annie Cordy se situe entre Jean-Claude Van Damme et Jacques Brel au niveau du talent. Au niveau du répertoire et du sex appeal, c’est un peu Carlos au féminin, mais elle a profité de sa longue carrière pour varier ses domaines d’activités (espérons que cet article ne donne pas d’idées à Carlos....). Nous allons donc ici même tenter de vous démontrer, preuve en main, qu’Annie Cordy, c’est pas juste la bonne du curé.

La petite Annie nait en 1928 (comme votre grand-mère) en Belgique (pas comme votre grand-mère). Très tôt attirée par le spectacle, elle se donne très tôt en spectacle. Elle se rend rapidement à Paris et mène la revue au Lido, au Moulin Rouge, j’en passe et des meilleures, bref, elle se fait connaître. Plus pour sa fantaisie que pour son talent réel, il faut bien l’avouer.

En 1952, elle se lance dans l’opérette, en 1953 dans le cinéma et en 1955 dans la piscine. Ses cheveux ne s’en remettront pas. Pendant les années 60, elle chante, seule ou dans des opérettes, toujours aussi déconneuse. Elle fait même quelques bons films dans lesquels elle joue bien.

Heureusement, pour la grande joie du public, elle ne s’est pas arrêtée là, et c’est à partir des années 70 qu’elle mêle ses deux composantes essentielles, la chanson et le n’importe quoi. Nous sommes en 1974, et c’est le déboulement sur les ondes de « la bonne du curé », succès immédiat, pour vous dire, elle vend autant de singles que Manau avec la Tribu de Dana. Si c’est pas une référence...

Deux ans plus tard, c’est l’Olympia et la comédie musicale qui lui donne son surnom, Nini la Chance. En 1979, elle fait semblant de faire ses adieux pour voir si on l’aime (ce qu’on appelle dans le métier le syndrome Patrick Sébastien)(ou, dans un autre métier, le syndrome Lionel jospin). Elle ne fut pas déçue : mais oui on t’aime Annie, lui cria la France entière (notez la légère différence d’avec le syndrome Lionel Jospin).

Et pour remercier son public, elle pondit le fameux Tata Yoyo, suivit en 1985 de l’album Cho Ka Ka O. Et, disons le, c’est grâce à ses tubes qu’on la connaît encore aujourd’hui. Annie Cordy a fait énormément de choses dans sa carrières mais ces chansons là, c’est vraiment du grand art. Elle est même allée les chanter au Queen il y a quelques années, c’est dire...

N’oublions pas de mentionner qu’elle fut caricaturée sous les traits de Nicotine, dans Astérix chez les Belges.





- Le plus grand grenier du web -

Messages de Fans

Envoyez nous vos articles !!


Aujourd'hui...

Annie Cordy a fêté ses 70 ans en 1998 et elle profita, la coquine, pour revenir sur le devant de la scène. Autobiographie, compilation, reprises, tout y passe, ah c’est qu’on se fait chier au bout d’un moment à l’Ile de Ré ! Et c’est reparti pour un tour ! Plateaux de télé, théâtre, on enchaîne.

En une carrière qui dure depuis plus de 50 ans, Annie Cordy a enregistré environ 500 titres, ce qui la place entre Jean-Pascal et Nana Mouskouri, dont quelques chefs d’œuvres, on ne le répétera jamais assez, 4000 galas dans le monde, des spectacles, des films, des opérettes, un café, l’addition, elle a tout fait. Elle a même eu la médaille de la ville de Paris en 1981, des mains de Jacques Chirac, consécration ultime...



Vous cherchez des nouvelles plus récentes de Annie Cordy ?
visitez QueSontIlsDevenus.net




Quelques sites pour en savoir plus...

Envoyez nous les adresses de sites que vous connaîssez !!

S'inscrire au Fan Club

(C)opyright 1999-2005 - Stars Oubliées.com®